Python Regius

python-20regius1.jpg

classification:

Règne : Animal
Groupe : Vertébrés
Classe : Reptiles
Sous-classe: Lepidosauriens
Infra ordre: Aléthinophidiens
Ordre : Squamates
Sous-ordre : Ophidien
Super famille: Boïdea
Famille : Boidae
Sous-famille : Pythoninae
Genre: Python
Espèce: regius
Sous-espèce: Pas de sous-espèces
recensées
Nom scientifique : Python regius
Nom commun français: Python royale
Nom commun anglais : Ball python


Synonyme:

Python belli (Gray, 1842)
Boa regia (Shaw, 1802)

Taille moyenne :

De 1.00m à 1.50m rarement plus, en moyenne 1.20m.
Le record se situe aux alentours de 1,80 m.


Description :

C'est un serpent de taille tout à fait raisonnable, il est court est trapu ne dépasse que très
rarement les 2 kilos en moyenne 1,2 à 1,5 kilos pour de belles femelles. La tête bien
distincte du reste du corps porte une tâche sépia, et une ligne part de l’arrière de l’œil,
avec des mâchoires très musclées de couleur marron foncé à noir est bien distincte du cou
et une rangée de fossettes labiales thermosensibles est visible de part et d'autre de la
mandibule au nombre de quatre de chaque coté. Les yeux sont protégés par une lunette
pré cornéenne, l’iris et la pupille sont de couleur foncée, la pupille est elliptique comme
toutes les espèces nocturnes. Le dos possède des écailles fines et homogènes de
couleur brun clair ou brun foncé selon les individus avec des motifs et des taches sépia. Il
n'est pas possible de d'écrire le dessin spécifique de cette espèce, étant donné que la
livrée de chaque individu présente des particularités qui lui sont propres. La queue est
plutôt courte avec des dessin semblables au reste du corps. La face ventrale est munie
d'écailles larges, et de couleurs blanche avec quelques tâches noires.

Longévité :

L’espérance de vie de ce python se situe entre 20 et 30 ans.
Le record de longévité en captivité est de 47 ans (Zoo de Saint-Louis, Missouri, USA).

Habitat :

L'aire de répartition est assez grande et se situe en Afrique : Bénin, Cameroun, Congo,
Ghana, Guinée, Liberia, Mali, Nigeria, Sénégal, Soudan, Togo, Uganda, Zaïre. Son
biotope se caractérise par des températures relativement constantes. Il fréquente les
savanes sèches, les zones agricoles pour leur forte population de divers rongeur. On le
trouve également aux abords des forêts pluviales africains. Dans leurs contrées d'origine
les Regius passent souvent la plus grande partie de leurs journées dans les termitières ou
dans des abris +/- frais (les termites construisent de véritables frigos), et il semble que leur
plage de température préférée se situe aux environs de 25°C, ceci peut paraître peu, mais
c'est réel. Donc, prendre les températures recommandées et les appliquer au degré près
n'est pas forcément nécessaire. Cela dit, une température élevée au point chaud reste
importante, notamment pour les femelles gravides. Il y a plus ou moins deux saisons qui
rythment la vie du Python royale. La première est la saison des pluies, plus chaude, qui
débute à environ la fin de notre hiver qui est pour ces pays le moment de fortes
précipitations. Ensuite arrive la deuxième saison, qui est la saison sèche, qui se situe à
partir de notre mois de septembre, l'humidité atmosphérique varie donc beaucoup. Vu la
proximité de l'équateur le cycle jour/nuit y est plutôt régulier.



Température :

La température de jour situe entre 30 et 32°C au point chaud et 27 à 29°C au point froid.
La nuit une température de 25 à 27 °C au point chaud et de 23 à 26°C au point froid.
Je fais en règle générale une baisse de 5°C la nuit.

Éclairage :

Cycle 12 heures de jour et 12 heures de nuit est en temps normal recommandé.
Pour ma part je n'éclaire pas les terrariums de mes Regius. Ce qui a pour effet de moins
les stresser et le cycle jour/nuit naturel est suffisant.

Hygrométrie :

Environ 70 % à 80 %
Cette espèce ne demande pas un fort taux d’hygrométrie.

Alimentation :

Ses proies naturelles sont assez variées et on peut le qualifier d’opportuniste. Il consomme
surtout des rongeurs (rats, gerboises, gerbilles africaines) mais aussi de jeunes oiseaux et
des lézards (Agama sp., Hemitheconyx ,dont les restes ont été retrouvés dans l’estomac
d'un Regius ).
Voila le sujet qui pose le plus de problèmes et cause le plus de tort à cette superbe
espèce. Bon nombre de personnes se sont cassé le nez face à ce problème, qui vient en
majeure partie des spécimens importés, avec un mâle qui a
refusé de s'alimenter pendant un an (les mâles sont en règle générale moins bon mangeur
que les femelles). Le record en la matière est de 22 mois, il ne faut donc pas s'inquiéter
trop vite. Un sujet né en captivité ne pose en règle général pas de problème particulier
hormis certains individus. Les cas de refus les plus fréquemment rencontrés le sont en
période hivernale qui peut s'étendre de deux à quatre mois en moyenne. Néanmoins il
arrive que certains individus nés en captivité posent certains problèmes. Il faut donc dans
ce cas avant toutes chose se remettre en question, revoir tout ses paramètre de
maintenance, et éviter un surcroît de manipulation qui pourrait stresser le serpent.

En
captivité, le Regius sera nourri de rongeurs de taille adaptée suivant l'âge du serpent. Un
nouveau né consommera des jeunes ratons pour finir par du jeune rat de 150/200
grammes.
Etant un serpent nocturne et plutôt timide il est préférable de le nourrir le soir. Si l'on
possède un individu qui refuse de s'alimenter plusieurs solutions sont possibles :

proposer
plusieurs espèces de proies différentes. J'ai essayé la gerbille sur un Regius qui avait jeûné
un an le résultat ne s'est pas fait attendre, Il faut toutefois ne pas trop nourrir de ce rongeur
leur viande provoque une accoutumance. On pourra éventuellement pratiquer un trou dans
le crâne d'une souris (technique dite du « braining ») et/ou frotter la proie sur un pelage de
gerbille. Nous pouvons également influer sur la taille ou la couleur des proies. Mettre une
proie morte enfermée avec le serpent dans une boîte (munie de trous d’aération) plutôt
petite afin qu'il soit en contact avec le rongeur et ceci toute la nuit. Il y a également l'option
des proies vivantes à réaliser sous haute surveillance en cas de morsure les répercutions
pourraient être dramatiques, anorexie partielle ou totale du serpent, sans compter les
blessures ou pire la mort. Et puis il reste le gavage ou le semi gavage à n’envisager qu'en
dernier recours et ce uniquement si le serpent perd du poids de façon importante.


Attention lors du nourrissage !!! Prendre soin de bien se laver les mains, après avoir
touché un rongeur, afin que votre serpent ne prennent pas votre main pour une proie.

 

Terrarium :

Pour les femelles 100 x 50 x 50. Pour les mâles 80 x 50 x 50.
Pour un couple un terrarium de 120 x 60 x 60 est généralement suffisant, contenant un
grand bac d’eau pour qu'il puisse se baigner Je
n'utilise aucun éclairage, qui a pour but de ne pas stresser les serpents, le terrarium est
chauffé à l'aide d'un câble chauffant. Je conseille fortement de mettre plusieurs cachettes
comme des écorces de liège retournées pour que le serpent soit au calme étant donné la
timidité de cette espèce. On peut installer plusieurs branches solidement fixées, on les
surprendra le soir à escalader. Ne pas oublier les aérations permettant un brassage de l’
air, mettre également une serrure sur les vitres coulissantes car il risque de les ouvrir
surtout quand il cherche à se débarrasser de sa mue.

A noter : Tout élément introduit dans le terrarium devrait faire l'objet d'une désinfection
rigoureuse, afin d'éviter d'y introduire toute sorte de parasite.


Tempérament et manipulation :

Cette espèce est assez timide, seuls les juvéniles et les sujets d'importation peuvent mordre
sinon les morsures se font très rares. Il stress facilement, et plutôt que de montrer de l’
agressivité, il se met en boule, la tête dissimulée dans ses anneaux, pour décourager les
prédateurs d'ou son nom Anglais ball python (python boule). Il sort la nuit pour se nourrir
et se montre plus actif dès le coucher du soleil . Il passe beaucoup de temps caché. Il
grimpe assez bien et on peut le qualifier de semi -arboricole, mais son domaine de
prédilection reste le sol. Un sujet que l'on a acquis et manipulé assez tôt, se laissera
manipuler sans trop de problèmes, mais ne le recherchera pas.

Je vous recommande fortement de vous laver les mains, avant et après avoir manipulé un
serpent, cela évite de transmettre parasites ou autre problème non visible à l'oeil nu. Et
également de vous désinfecter les plaies en cas de morsure.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site